20002000
 
Synthèse de l'organisation spatiale des bassins de plaisance du Mor Bras et du Solent
(2003)
Auteur : Dorothée Retière

En prenant appui sur la comparaison entre le bassin de plaisance du Solent (sud de la Grande-Bretagne) et celui du Mor Bras (ouest de la France), nous avons pu déterminer que le bassin de plaisance ne répondait pas à une règle unique mais était structuré d'une manière différente selon les dynamiques considérées : celles créées par les plaisanciers et par l'activité plaisancière, celles induites par les relations entre l'activité et son environnement humain et naturel. Les deux bassins de plaisance présentent une structure physique et humaine qui les différencient malgré des points communs. Deux structurations de l'espace apparaissent.

Le Solent connaît une répartition homogène des dynamiques : la liaison entre les aires de recrutement et la frange littorale est favorisée par les autoroutes et voies rapides qui longent sa région, les ports et mouillages sont répartis tout le long du littoral, les flux maritimes parcourent l'ensemble du bassin de navigation. Il n'y a pas de sous-bassins actifs ou périphériques. Le Solent est presque fermé par l'Île de Wight. Cette île a un rôle primordial pour la détermination des frontières du bassin, mais également pour la diversité de ses escales et pour son influence sur les phénomènes météorologiques. Elle est d'une part une barrière protégeant le plan d'eau et d'autre part un obstacle créant des phénomènes météorologiques appréciés des tacticiens de régate. Alors que le bassin de navigation ne représente pas une étendue très importante par rapport au Mor Bras, l'arrière-pays proche est très large, conséquence de la proximité de Londres, ville de 10 millions d'habitants. Le Solent s'est surtout développé à partir d'une ligne historique, de Cowes à Southampton, coupant le bassin de navigation et la frange littorale en deux. A l'est, les infrastructures sont plus importantes, accueillent plus de bateaux et sont liées à des zones urbaines étendues. A l'ouest, l'environnement naturel a été plus épargné. Néanmoins, en raison de l'étroitesse du Solent, les flux parcourent l'ensemble du bassin. La limite est due à un manque d'infrastructures alors que la limite ouest est liée à la présence d'un autre bassin de plaisance incluant la baie de Poole.

Agrandir

Le Mor Bras a une répartition hétérogène des dynamiques ayant pour conséquence une structuration hiérarchisée de l'espace : un sous-bassin actif équivalent au berceau local de la plaisance et des sous-bassins périphériques marquant la frontière avec d'autres bassins de plaisance. La liaison entre les aires de recrutement et la frange littorale est continue grâce aux voies rapides qui longent le territoire. Les ports et mouillages sont inégalement répartis sur la frange littorale et les infrastructures les plus importantes sont situées au nord-ouest du bassin de plaisance formant un sous-ensemble homogène. Les flux maritimes majeurs partent de cette zone vers les escales les plus prisées situées également au nord-ouest ou au sud-ouest. Le Mor Bras est un territoire étendu, très ouvert vers le sud, mais bien délimité à l'ouest par la Presqu'île de Quiberon, au sud-ouest par les îles de Belle-Île, Houat et Hoëdic et les passages de La Teignouse et des Sœurs. La structuration portuaire offre un large panel de ports aux services complets, de la zone technique à l'aire de chalandise, et de mouillages forains ou équipés qui offrent un choix varié d'escales et permet à tout navigateur d'effectuer de petites promenades d'une demi-journée ou des croisières d'une semaine. C'est également un bassin de plaisance avantagé par des conditions physiques et météorologiques clémentes mais assez complexes pour plaire aux plus expérimentés. L'arrière-pays est ouvert vers les grandes villes du nord de la France. Mais la concurrence d'autres bassins de navigation proches a empêché son développement rapide.

Agrandir




>


Haut