19901990
 
Renforcement et développement des outils économiques "traditionnels"
(1980-1995)
Auteur : Maud Lucas

Les activités portuaires contemporaines sont influencées par différentes évolutions. La massification des flux est l'un des principaux facteurs de changement des formes et des fonctions des villes portuaires.

Pour faire face à ces évolutions et à la concurrence accrue entre grandes places portuaires, certains ports ont engagé de grandes transformations de leur espace entraînant une nouvelle organisation avec la ville. Le Havre, Barcelone, Bilbao sont des exemples de villes portuaires impliquées dans le développement de leur économie maritime.

La massification des flux, facteur de changement de l'organisation portuaire

La mondialisation constitue une mutation profonde pour de nombreux ports qui souhaitent rester dans la course d'accueil des flux.

Depuis une vingtaine d'années, la concentration des trafics conteneurisés dans un nombre restreint de ports ne cesse d'augmenter. Ces flux (tableau n°1 ) ont une croissance de 7,3 % sur une période de quinze ans.

Tableau n°1 : Trafic (en millions d'EVP) et parts de marché des 10 premiers ports mondiaux

1980
1990
1995
11,5
30,2
51,2
31 %
36,1%
38,3 %

Source : ISEMAR, novembre 1997

La répartition des parts de marché des ports regroupés par région va dans le sens d'un renforcement de la prédominance des régions asiatiques par rapport à l'Europe et à l'Amérique du Nord (tableau n°2).

Tableau n°2 : Evolution du trafic (millions d'EVP) et des parts de marché par région

Régions
1988
%
1995
%
Europe
Asie du Nord
Asie du Sud
Amérique Latine
Amérique du Nord
Moyen Orient
Océanie
Afrique
20
19,3
7,8
3,3
14,4
3
2,4
1,9
27,8
26.8
10,9
4,6
20
4,1
3,3
2,6
31,7
40,3
20,5
6,1
20,8
6,6
4,1
3,7
23,7
30,1
15,3
4,5
15,6
4,9
3,1
2,8

Source : ISEMAR, novembre 1997

La hiérarchie des ports s'est profondément modifiée depuis quelques années (tableau n°3). Le phénomène de concentration des flux s'accompagne d'une instabilité dans le classement. Dans le domaine portuaire, il existe autant de risques de perdre son rang que d'opportunité de conquérir des marchés.

Tableau n°3 : Classement des 10 premiers ports mondiaux

Ports
1980
1995
EVP
Rang
EVP
Rang
Rotterdam
2
1
4,8
4
New York
1,8
2
2,3
10
Kobe
1,6
3
1,4
24
Hong Kong
1,6
4
12,5
1
Kaohsiung
1,1
5
5,2
3
Singapour
1,0
6
10,8
2
Hambourg
0,9
7
2,9
6
San Juan
0,8
8
1,6
17
Yokohama
0,8
9
2,7
8
Brême
0,8
10
1,5
20
Busan
0,7
14
4,5
5
Long Beach
0,5
21
2,8
7

Source : ISEMAR, novembre 1997

Cette évolution des flux dépend d'une organisation de l'industrie du transport maritime qui s'applique :

  • aux moyens de transport : les capacités des navires porte-conteneurs ont augmenté, passant de 2 500 à 8 000 EVP. " Les escales d'un navire ne se justifient que si le port touché peut contribuer au chargement ou au déchargement du navire à hauteur de 10 à 25 % de sa capacité totale. Ainsi d'après cette règle, un minimum de 1 800 EVP par escale est nécessaire pour justifier le passage d'un navire de 8 000 EVP. Seuls quelques très grands ports peuvent offrir cette capacité " (Synthèse n°2 : La concentration du trafic portuaire de conteneurs, ISEMAR novembre 1997);
  • aux entreprises : le regroupement d'armateurs en consortiums et la création de grandes plates-formes portuaires renforcent l'attraction de quelques places portuaires ;
  • aux marchés : création de " hub and spokes " (un centre et des rayons). Un " hub " est une plate-forme portuaire avec un réseau de lignes secondaires disposées en étoile assurant l'éclatement des marchandises vers des ports de plus petite taille.

Des places portuaires en phase de redéveloppement, le projet Port 2000

Différents ports ont engagé des politiques de maintien et de développement des activités portuaires dans cet environnement concurrentiel. Le port du Havre est un exemple représentatif de redéveloppement portuaire entamé depuis quelques années.

Les trafics de conteneurs connaissent dans les ports européens une croissance soutenue de 7 à 8 % par an depuis deux décennies. Tandis que la taille moyenne des navires augmente sans cesse, les grands armements conteneurisés qui assurent les échanges internationaux limitent le nombre de ports touchés en Europe.

Le port du Havre a lancé une série d'aménagements portuaires pour rester compétitif et maintenir son rang dans un contexte de concurrence accrue avec les ports du nord de l'Europe (Rotterdam, Anvers). Le projet port 2000 consiste à développer un ensemble d'équipements portuaires destiné à accueillir et traiter les plus grands porte-conteneurs. A l'heure actuelle, le port du Havre n'est pas adapté pour répondre à la croissance du trafic. En 1998, le trafic était de l'ordre de 1,3 millions d'EVP, alors que la limite du port est de 1,5 millions d'EVP : la marge de croissance est relativement faible. Une extension portuaire dédiée au trafic des conteneurs avec de grands linéaires de quais et d'importantes surfaces de terre-pleins pour le stockage sera mise en place.

Le projet port 2000 doit également améliorer et renforcer les liaisons terrestres du Havre aussi bien au niveau ferroviaire, routier que fluvial. A plus long terme, la massification des flux doit favoriser l'implantation de nouvelles entreprises de stockage, de transformation et de distribution des marchandises. Ces projets d'aménagement doivent ainsi conforter et accroître la vocation internationale de la place portuaire havraise.


Haut